Coordonnées



 Les Éditions Sisyphe

 4005, rue des Érables
 Montréal, QC, Canada
 H2K 3V7
 Tél. : 514-374-5846
 Courriel


 Diffuseur en Europe

 Librairie du Québec Paris
 30, rue Gay Lussac
 75005 Paris
 Tél. :+33 1 43 54 49 02
 Téléc. : 01 43 54 39 15
 Courriel

Dans la même rubrique

Le couple est un sport d’équipe

par Mylène Tremblay

C’est quoi, un couple ? Une équipe qui apprend à jouer sur le même terrain. Le danger : se marcher sur les pieds. Faut-il revoir les règles du jeu ?

Ce souci d’égalité est tellement présent chez les jeunes couples que Marie-Ève Surprenant, 31 ans, y a consacré son mémoire de maîtrise, paru sous le titre Jeunes couples en quête d’égalité (Les éditions Sisyphe). Elle a interviewé huit femmes et autant d’hommes de 20 à 30 ans, vivant en couple ou ayant déjà cohabité. Tous des diplômés universitaires. « C’était la première fois qu’ils prenaient le temps de réfléchir à la notion d’égalité dans leur foyer », raconte cette chercheuse dont l’union dure depuis 13 ans, mère d’un petit garçon et enceinte d’un deuxième enfant.

En théorie, note-t-elle, tous sont en faveur de l’égalité : les filles veulent être autonomes, les gars ne veulent pas paraître machos. Elles n’aspirent plus à devenir des superwomen pour concilier carrière et responsabilités domestiques ; ils ont envie de s’investir dans leur famille et d’exercer à fond leur rôle de père. Mais de là à dire qu’ils forment tous une équipe égalitaire, il y a un sacré pas ! « L’arrivée d’un bébé marque un tournant important, indique Marie-Ève Surprenant. Même chez ceux qui se croient égaux, c’est souvent la femme qui va mettre un frein à sa carrière afin de s’occuper de l’enfant et d’organiser le quotidien. » Et les hommes ? « Ils sont prêts à faire leur bout de chemin, mais se considèrent la plupart du temps comme des aidants : ils font l’épicerie, une liste à la main, et demandent ce qu’on va manger pour souper ! »

N’empêche, c’est la première génération qui récolte les fruits du féminisme. « On ne pouvait quand même pas s’attendre à ce que tout se règle en 30 ans... » reconnaît la chercheuse. Déjà, ces adultes peuvent se réjouir d’avoir fait éclater l’ancien modèle, celui de leurs grands-parents. Il ne leur reste qu’à en inventer un nouveau !

Extrait, Châtelaine, août 2010

Pour plus d’information sur ce livre

Mis en ligne, le 11 septembre 2010

Partagez cette page