Coordonnées



 Les Éditions Sisyphe

 4005, rue des Érables
 Montréal, QC, Canada
 H2K 3V7
 Tél. : 514-374-5846
 Courriel


 Diffuseur en Europe

 Librairie du Québec Paris
 30, rue Gay Lussac
 75005 Paris
 Tél. :+33 1 43 54 49 02
 Téléc. : 01 43 54 39 15
 Courriel

Dans la même rubrique

Élaine Audet – Abolir la prostitution

par Louise Dionne

Élaine Audet se déclare ouvertement abolitionniste. Ainsi nous propose-t-elle, dans un court essai, une déconstruction des principaux arguments utilisés par les tenants de la « libéralisation » de la prostitution.

Les abolitionnistes - ou les néo-abolitionnistes - voient, dans la prostitution, une forme d’exploitation sexuelle inscrite dans les rapports de domination. Le discours dominant revendiquant la légalisation de la prostitution est, pour elles, une aberration qui ne profite qu’à ceux qui exploitent les personnes prostituées.

Élaine Audet se déclare ouvertement abolitionniste. Ainsi nous propose-t-elle, dans un court essai, une déconstruction des principaux arguments utilisés par les tenants de la « libéralisation » de la prostitution. Elle s’attaque aux mythes glamour créés autour de la prostitution et à une certaine hypocrisie ambiante envers la violence vécue par ces femmes. À partir de recherches féministes, elle nous explique que la violence est inhérente à la prostitution et que celle-ci n’est pas un libre choix. Elle y interpelle aussi les autorités politiques et une certaine gauche qui optent pour une approche complaisante envers les partisans de la reconnaissance de la prostitution comme un « travail ». Elle s’indigne de leurs revendications concernant la légalisation de la prostitution, critiquant la légitimité de l’opposition faite entre les droits des femmes et le droit de commerce.

Elle nous informe aussi que dans les pays où la prostitution a été « légalisée », la prostitution locale a été rapidement supplantée par le trafic sexuel, augmentant l’insécurité tout en instaurant, au sein de ces pays, une culture prostitutionnelle aux conséquences néfastes sur le statut des femmes en général.

Un autre mythe qu’elle dégonfle est celui des clients - ou plutôt celui de leur absence dans le débat. Qui sont-ils ? Pourquoi leurs demandes sexuelles sont-elles considérées comme un droit inaliénable ? À l’instar du gouvernement suédois, madame Audet prône l’interdiction de l’achat de services sexuels, ses arguments étant que cela ne sert à rien d’interdire la prostitution si ceux qui la consomment peuvent le faire en toute impunité.

Elle s’inquiète également de l’absence d’intérêt envers les proxénètes, l’industrie du sexe et leur lobby. Elle s’interroge : « ne sont-ils pas principalement issus du milieu du crime organisé ? » Pourquoi « tout se passe comme si seules les féministes abolitionnistes, les forces policières et les tribunaux étaient responsables de la violence envers les femmes prostituées » (p. 82).

Autant de questions posées que de pistes de réflexions. Qu’en est-il du discours normalisant la sexualité violente, le tourisme sexuel, l’hypersexualisation, la pornographie et la « pornographisation », c’est -à-dire de cette mécanisation de la sexualité ? L’essai se
termine sur une note optimiste. On y présente le travail de féministes qui s dénoncent la prostitution et réclament la fin de la ségrégation et de la criminalisation envers les personnes prostituées. Cet essai appelle un débat de société sur la prostitution, qui ne peut être laissé entre les mains des tenants d’un marché douteux.

Élaine Audet, Prostitution, perspectives féministes, éditions Sisyphe, 2005, 120 p.

Relations, Numéro 712, Novembre 2006, p.40.

Pour plus d’information sur ce livre

Mis en ligne, le 5 novembre 2009

Partagez cette page