Coordonnées



 Les Éditions Sisyphe

 4005, rue des Érables
 Montréal, QC, Canada
 H2K 3V7
 Tél. : 514-374-5846
 Courriel


 Diffuseur en Europe

 Librairie du Québec Paris
 30, rue Gay Lussac
 75005 Paris
 Tél. :+33 1 43 54 49 02
 Téléc. : 01 43 54 39 15
 Courriel

Dans la même rubrique

L’école est-elle discriminatoire envers les garçons ?

par Louis Cornellier

Plus élevé que celui des filles, le taux de décrochage scolaire des garçons québécois suscite, depuis quelques années, un débat passionné qui met en cause les rapports de genres : l’école québécoise est-elle discriminatoire envers les garçons et, par conséquent, conçue pour les filles qui y réussissent mieux ?

Plus élevé que celui des filles, le taux de décrochage scolaire des garçons québécois suscite, depuis quelques années, un débat passionné qui met en cause les rapports de genres : l’école québécoise est-elle discriminatoire envers les garçons et, par conséquent, conçue pour les filles qui y réussissent mieux ? Chercheur en éducation et spécialiste de cette question, Jean-Claude St-Amant, dans un solide opuscule intitulé Les garçons et l’école, réfute cette thèse avec force études à l’appui.

Contre une perception répandue, même chez les enseignants, St-Amant précise que la seule matière où l’on retrouve un retard des garçons par rapport aux filles est la langue d’enseignement (lecture et écriture). Cette information, à elle seule, relativise la thèse de la discrimination systémique à l’égard des garçons. D’ailleurs, ajoute le chercheur, il faut « éviter la généralisation à tous les garçons de phénomènes qui ne concernent qu’une partie d’entre eux ». Il est aussi utile de savoir que ce retard des garçons dans la maîtrise de la langue d’enseignement n’est pas propre au Québec et qu’il se manifeste surtout chez les élèves issus de milieux populaires.

En 1979, le taux de décrochage scolaire des garçons de 19 ans était de 43,8 %. En 2004, il se situait à 24,3 %. Comment expliquer, alors, la panique actuelle. C’est que les filles font encore mieux, étant passées d’un taux d’abandon de 37,2 % à un taux de 13,9 %. Les filles, en d’autres termes, sont si bonnes qu’elles modifient notre perception de la situation des garçons québécois, meilleure que celle de leurs semblables du reste du Canada et des pays de l’OCDE. Encore là, toutefois, et il faut s’en réjouir, les filles font mieux.

En ce qui concerne les diplômes à la sortie de l’école, on constate que garçons et filles obtiennent des résultats semblables en formation technique ou professionnelle et en formation générale. Des écarts se font toutefois remarquer dans le cas des sans-diplôme (plus de garçons que de filles) et dans celui de l’obtention du baccalauréat (plus de filles que de garçons). Dans ce dernier cas, St-Amant avance deux raisons pour expliquer l’écart en faveur des filles : dès la troisième année du secondaire, les filles présentent des aspirations scolaires plus élevées (le chercheur parle d’un processus d’auto-exclusion chez les garçons) et l’efficacité économique de leur diplôme est plus grande. Avoir un bac, pour une fille, est presque toujours payant, ce qui n’est pas systématiquement le cas pour les garçons.

La culture masculine en cause

Si ces données relativisent les problèmes scolaires des garçons québécois, elles ne disent pas pour autant que tout va bien. Des filles et des garçons continuent d’échouer, et ces derniers en plus grand nombre. Comment expliquer ce phénomène ? Rappelons, d’abord, que « le milieu socio-économique d’où sont issus les jeunes reste une clef de compréhension essentielle ». Dans le cas des garçons, cependant, il y a plus, et St-Amant, dans une perspective féministe, pointe « certaines conceptions de l’identité masculine [qui] amènent des garçons, le plus souvent ceux qui sont issus de milieux socio-économiques faibles, à se distancier de l’école et de ses exigences ».

Il évoque, en se fondant sur des enquêtes, l’image négative de l’école, perçue comme une contrainte, le refus des efforts, une forte culture du jeu et la persistance de stéréotypes qui amène plusieurs garçons à refuser « d’attribuer une bonne performance aux filles » et d’être dépassés par elles. Ces dernières, affirment certains, ne seraient meilleures que parce que les gars se forcent moins ! St-Amant remarque aussi que les garçons sont incapables de « décrire ce qui caractérise les hommes », « axent leur définition des femmes sur la sexualité » et flirtent avec l’homophobie. Il en conclut, un peu rapidement dans cet essai mais cette thèse a été longuement développée ailleurs, que « le conformisme de certains garçons sur le plan de leurs représentations des identités de sexe les amène, dans la pratique, à reléguer au second plan les attitudes et les comportements associés à la réussite éducative ». En d’autres termes, et cela s’applique aux filles comme aux garçons, plus on entretient de stéréotypes liés aux genres, moins on réussit à l’école.

En ce sens, certaines solutions souvent avancées pour remédier au retard d’un groupe de garçons risquent d’être sans effet, voire carrément nocives. Une étude australienne a montré, par exemple, que la non-mixité dans les écoles n’améliore pas la réussite scolaire des garçons. Elle a même le défaut de concevoir ces derniers comme un groupe homogène, ce qui n’est pas le cas, d’encourager une diminution des attentes et d’entretenir les stéréotypes de la masculinité. « Les écoles parmi les plus efficaces, constate St-Amant, sont celles qui ont un fort engagement tant envers les garçons qu’envers les filles » grâce à une politique globale qui s’applique aux deux sexes.

Souvent soulevée elle aussi, la question du taux de féminité du personnel scolaire a été analysée dans l’enquête australienne, qui a conclu que « le sexe du personnel enseignant n’a pas d’impact sur les résultats scolaires ». Ce qui compte, c’est la qualité de la relation entre l’enseignant et l’élève et le milieu social d’origine. Les filles, à l’université, ont surtout des enseignants masculins et cela ne les empêche pas de réussir. Les valeurs véhiculées à l’école primaire seraient plus féminines que masculines ? « Les valeurs ne sont en soi ni masculines ni féminines », rétorque St-Amant, qui rejette aussi l’idée d’organiser des activités sportives pour les garçons seulement, une approche discriminatoire qui nourrirait les stéréotypes déjà évoqués.

Que faire, alors ? Mettre en place des mesures pour contrer l’échec scolaire qui concernent autant les filles que les garçons. Comme ces derniers seront plus nombreux à en bénéficier, cela ne manquerait pas de réduire les écarts constatés. Il faut aussi favoriser « des actions prioritaires en milieu socio-économique faible ».

Plus spécifiquement, St-Amant propose d’intervenir contre les stéréotypes sexuels puisque plus l’adhésion à ceux-ci est grande, moins les résultats sont bons. Il propose aussi une offensive en matière de pratiques de lecture qui mettrait l’accent sur la diversification et la substance : « L’effet positif des pratiques de lecture fréquente et prolongée est donc bien étayé. Il serait même apte à compenser certains effets négatifs liés au statut socio-économique. » Enfin, il propose de former les élèves à la prise en charge de leur scolarisation pour qu’ils développent une motivation intrinsèque (source de plaisir) plutôt qu’extrinsèque (pour le gros salaire plus tard).

Plus de garçons que de filles profiteront de ces mesures non discriminatoires, mais tous, la collectivité y compris, en sortiront gagnants. L’avenir, nous dit St-Amant dans cet ouvrage très éclairant, n’est pas en arrière.

Les garçons et l’école
Jean-Claude St-Amant
Sisyphe
Montréal, 2007, 128 pages

Le Devoir, Édition du samedi 18 et du dimanche 19 août 2007.

- Plus d’information sur ce livre.

Sisyphe, le 22 août 2009

Partagez cette page